Slam et médiatisation de la scène

par François Paré, hiver 2015, Voix et Images

Les finalistes de SlamOutaouais en 2010 à la salle Jean-Despréz de Gatineau. De gauche à droite, à l’avant : D-Track, Sophie Dassy et Mélanie Rivest . De gauche à droite, au milieu : Rosalie Gravel, Annie St-Jean, Diane Bouchard et LouNat . De gauche à droite, à l’arrière : Guy Perreault, Louis Noreau, Antoine Côté-Legault, Marjolaine Beauchamp et Pierre Cadieu, slammestre.

« Sous l’impulsion de Pierre Cadieu, les éditions Vents d’Ouest, établies à Gatineau, publient ainsi en 2010 la première anthologie de poésie slam au Québec [19]. Ce livre, préfacé par Marc Smith et accompagné de fichiers mp3 disponibles sur le site Internet de la maison d’édition, permet alors de faire connaître de façon plus formelle dans les médias conventionnels le fonctionnement des tournois de slam à l’échelle nationale et internationale et de diffuser les textes de cinquante auteurs jusque-là largement passés sous silence. Slam poésie du Québec, il faut le préciser, s’adresse en premier lieu aux élèves des écoles secondaires chez qui Pierre Cadieu, lui-même éditeur scolaire et enseignant, souhaite susciter le goût de la scène de poésie orale. Cependant, l’anthologie cherche également à diffuser plus largement le mouvement slam et à inscrire son développement et son action dans l’historiographie littéraire du Québec et du Canada français. Les fichiers audionumériques, rendus disponibles gratuitement par l’éditeur, assurent l’intégrité de la démarche d’oralité des auteurs et permettent aux lecteurs-auditeurs d’entendre la musicalité du poème : « Ces fichiers permettront aux amateurs de mieux s’initier à ce nouvel art déclamatoire où il ne s’agit pas seulement de lire un poème, mais bien de le communiquer avec émotion ou de le scander avec conviction [20]. » Grâce à un éditeur régional, les slameurs de l’Outaouais parviennent donc à inscrire leur démarche à l’échelle du Québec tout entier, et leur rôle ne cessera de s’accroître au cours des années, ce que confirment notamment certains prix prestigieux remportés aux concours nationaux de slam au Québec et en France.

Les textes de Pierre Cadieu, à titre d’exemple, soulignent la part considérable accordée à l’intonation, à l’allitération et aux effets sonores au cours de la performance slam. Dans le poème « Par », disponible en format numérique sur le site Internet des éditions Vents d’Ouest, le poète insiste lourdement sur la solennité mystérieuse du texte, qui se présente avant tout comme une admonition. La voix suggère le chuintement des consonnes sifflantes et labiales, alors que peu à peu l’arrière-plan sonore est pénétré par la rumeur des gouttes de pluie sur le sol :

Par
Par le silence de la nuit
Par le lent sifflement du vent
Par le pianotement de la pluie
Par le bruit de tes pas que j’entends
Par les craquements du plancher de bois
Par le ronronnement du chat
Par le chuchotement de nos voix [21].

Ce texte est tout à fait représentatif à la fois de l’esthétique sonore du slam, fondée sur la répétition, et de son contenu thématique (ici, la pluie qui tombe, le bruit des pas et du vent), qui permet de souligner sur le plan du sens l’omniprésence des voix. En effet, ce que laisse entendre le poète, n’est-ce pas justement que la pensée intime et le monde matériel qui constitue son extériorité se rejoignent précisément à l’endroit où, le poème entamé, la voix parle ? Empruntant largement à la tradition littéraire, à quelques exceptions près, les textes de Cadieu bénéficient néanmoins de la stabilité apparente des processus d’écriture. Il s’agit bien d’une poésie écrite. C’est ainsi consigné que le poème fera plus tard l’objet d’une scansion et d’une déclamation qui le situeront pour un temps dans le provisoire de la performance orale. »

______________

**************************************************************************

Extrait d’un article de la revue Voix et Images par François Paré, « Esthétique du Slam et de la poésie orale dans la région frontalière de Gatineau-Ottawa »  (p. 97-98)

Volume 40, Numéro 2, Hiver, 2015, p. 89–103Poètes et poésies en voix au Québec (XXe-XXIe siècles)

Tous droits réservés © Université du Québec à Montréal, 2015

URL http://id.erudit.org/iderudit/1030203ar

**************************************************************************

« Le mouvement slam est en pleine expansion dans 50 pays. Au Québec, l’intérêt pour cette forme d’art confirme un retour aux traditions des formes d’art orales (…)

Avec l’anthologie Slam poésie du Québec, Pierre Cadieu montre de quelle matière sont faits la plume et le verbe des poètes d’aujourd’hui. Un ouvrage « à lire et à relire à voix haute« . »

« La voix haute » dans le magazine VOIR