Entre voyeur et voyant

Entre voyeur et voyant, un recueil d’une grande variété de poèmes et de dessins de l’auteur, a été publié à Montréal en 1979 aux éditions Parti pris dans la Collection « Ouvrir le feu » dirigée par Gilbert Langevin.  Il s’agit d’une cinquantaine de poèmes choisis parmi plus de cinq cents créés et récités en public sur une période de quinze ans, à la radio, à la télévision, dans les cafés – tel la Casa espagnole – et lors de grands évènements culturels, de la fête nationale de la St-Jean-Baptiste à Montréal, à Québec et à Trois-Rivières ou encore dans les cégeps, les universités, les comités de citoyens, etc.  Une longue et éloquente prise de parole poétique !

EXTRAITS :

000___indien2015

SOUVENANCE
je me souviens de l’indien
que j’étais
tout occupé à vivre
tout près de comprendre
tout d’un pin
comme un seul homme
dans l’été sauvage !

POÈME-POPSICLE (fragments)
Ma vie est une boule noire
à trois pour une cenne,
j’ouvre la bouche pour en voir la couleur
Les bretelles de mon oncle Ernest
ont coûté en spécial 2.98$
J’ai le désespoir des grosses boules
de gomme vides
Le matin goûte la réglisse
Troisième station
Gertrude échappe un peu de moutarde
sur sa belle blouse neuve
Quatrième station
l’autobus deux sans deux
arrose Gertrude de slotche
Cinquième station
on retourne deux carreaux en arrière
Mme Tremblay a perdu
sa carte de bingo
Zéroxième station
Jean-Luc fait gazer son Osmobile
L’espoir est resté pogné
dans le caramel trop dur…
Je mangeais du Cracker Jack…
j’ai avalé mon cadeau !

Les popsicles dans leur tranquillité frette
nous regardent vivre !

Illustration : André Philibert

SNAQUE-BARRE
Une sandwich pléne…une vie platte
un peu de moutarde, un peu plus de cheveux gris
une wétrisse tostée sur les deux fesses
quatre gallons dkafé
ça sent le pipi dans la toilette des femmes
un hambeugeur all dressed
servi par une wétrisse undress, topless ou bottomless

Illustration de Jean Gladu
Illustration: Jean Gladu

Une tarte à mode, ma boule de crème en glace a tombé
le petit banc est cassé, y tourne pu !
un ordre de tosses à l’ordre du jour, mon gros jambon
un œil au beurre noir, ma mayonnaise m’a lâché
a sort avec un « français »…une french fried s.v.p.
ce sera tout, toute, tous sur la même facture.

 racines2017
PARC LAFONTAINE
La ville, un tunnel perpétuel débouche maintenant en de longues allées se suivant grises et s’avançant en courbes lourdes au pourtour serré de l’étang. L’étang vide, immense creuset au ventre de fange. Et chant d’oiseau, les arbres embrassent sourds les vents lents de l’automne.
Là, s’illuminent sur les bancs quelques passants, personnages d’un âge galant.
Là, brandissant son plomb, promontoire du passé, Lafontaine figé d’éloquence.

4saisonsphotocricri5_newSONATE POUR KATOU LADOUCEUR
Au rivage des oiseaux rares
dans le bleu de toutes les sibéries
je caressais ton doux visage
au soir faisions l’amour
calfeutré de tendresse
mêlions nos sangs, nos corps
et nos âmes
regardions aller la neige
t’apportais des fleurs de trottoir
toi qui ronronnais
dans ton chandail de laine
toute de petits bonheurs suprêmes
je ne savais rien
c’était une révolution aux yeux de feu
piétinés nos sapinages
je me souviens
tu pleurais
le regard triste
comme un ciel de Gaspésie

T’ai quitté ma plus belle
et tout l’or des sept orients
n’était rien
et toute la paix du Tibet
était vide

ÉVASION
Un beau matin je m’évaderai
Par la porte d’en arrière
J’attacherai bout à bout
Les draps de mes nuits blanches
Et me laisserai glisser
Dans l’or de l’enfance

Un beau matin je m’évaderai
De ma prison que je me suis faite
Par le haut, par la tête
Par des idées exotiques, savantes et subtiles
J’aurai la main pour défaire les nœuds
Du filet où je gis

Un beau matin je m’évaderai
De tout ceci, de tout cela
Dans un grand coup de cœur
Je brûlerai ma vieille enveloppe
cet homme fini, divisé, brisé, défait
J’en ferai pousser un neuf

Un beau matin je m’évaderai
Un pied dans l’éternité
Sous un ciel légèrement orgasmique
Ce sera un matin bien ordinaire
Sans faire de bruit, à l’air libre
Un beau matin!

© Pierre Cadieu, Entre voyeur et voyant, éditions PARTI PRIS, Montréal, 1979.

Affiche de la toute première Nuit BLANCHE de la poésie organisée en 1975 par Yves-Gabriel Brunet et Pierre Cadieu.