Slams

IMMORTELLE BABEL

Une rivière de chars coule vers Babel, Babel, Babel

Ils viennent et vont nulle part

Toute est une joke, une vraie farce à Babel

Les humoristes sont partout. Le père, le fils, le sans esprit

La médecine à toute vitesse remplace la médecine à deux vitesses

La médiocrité est érigée en système et enchâssée dans la Constitution

Dorénavant, seul les poteaux de téléphone pourront garder la tête haute

À Babel, à Babel, à Babel


Le produit national brut remplace la religion

Les fidèles consommateurs vont au Centre d’achat

Tous les dimanches exercer leur pouvoir d’achat

Au cœur de l’industriel, célébrer l’artificiel et le superficiel

In Money we trust, il faut consommer à n’importe quel prix

Sous peine d’être exclus et d’attendre son panier de Noël

À Babel, à Babel, à Babel


Tout est à vendre : sexe, vérités et mensonges

Le puritanisme engendre la pornographie

Le MacDo-sex remplace l’éclat de ton rire

Enfermée dans son isoloir, dans son tiroir

Une danseuse en pièces détachées

Traite le désespoir à la queue leu leu

À Babel, à Babel, à Babel


À l’ombre de l’immense tour

Dans les champs à perte de vue

S’alignent les rangs de bungalows

Ternes et tous pareils

L’illusoire et le réel s’y confondent

Où qu’on aille, c’est toujours Babel

Inlassablement, toutes les routes mènent

À Babel, à Babel, à Babel


Soir et matin on reprend le chemin de Babel, Babel, Babel

Où l’on fabrique des bébelles prêtes-à-jeter

Où l’on fabrique sa mort en série

Les oiseaux ne volent plus

Et les gros poissons prennent l’avion

À chaque jour, on parle de nouvelles langues

On change aussi le sens des mots à Babel

Technologies, manipulations génétiques

Encore de nouveaux mots pour la bonne vieille cupidité humaine

À Babel, à Babel, à Babel


La Russie c’est ici

C’est partout maintenant la Russie

Un mur de fer recouvre la terre

Ce qui est vrai est faux,

Ce qui est faux est vrai

À Babel, à Babel, à Babel

D’immenses crevasses s’ouvrent

À Babel, à Babel, à Babel la tour s’élève

Toujours s’élève

Certains ont déjà atteint le ciel à Babel

Triste ciel virtuel où les idoles de néons changent au gré du Marché

À Pekin, à New-York, à Dubaï !

© Pierre Cadieu (dir.), Slam poésie du Québec, Gatineau, Vents d’Ouest, 2010,

SLAM ULTRA-VIOLET 

AUM… AUM…
Quittons cet enfer, qui nous r’ssemble
Où sont enfermés ensemble
À double tours
Et pour toujours
Les scrupuleux et les vicieux
Les avares et les gaspilleux
Les innocents et les crosseurs
Les bienfaiteurs, les profiteurs
Les tout nus, les riches à craquer
Les tortionnaires, les torturées
Les obèses et les affamés
Les exploiteurs, les exploités

AUM… AUM…
J’ai dû oublier mon âme quelqu’part
Sous un journal, dans un placard
Plein d’cadavres
Plein d’cadavres
L’amour existe peut-être encore
Mais le sexe a un goût de mort
De faux problèmes en faux problèmes
Les fausses solutions sont les mêmes
Rien de nouveau sous le soleil
Plus ça change, et plus c’est pareil
La vie, la vie, faut bien en vivre
La vie, la vie, faut bien en rire

AUM… AUM…
Traverse les miroirs, dors l’hiver
Habite et sillonne les déserts
Car la vraie vie N’est pas ici
Ramène le feu, les larmes, les rires
La joie de vivre et de mourir
Fais des prières et des promesses
Mêle la folie à la sagesse
Marche très très loin, pardonne enfin
Creuse, fouille, cherche, il existe bien
D’aut’ temps, d’aut’ lieux, d’aut’ jours, d’aut’ nuits
Où l’arbre pourra enfin donner ses fruits !

© QUÉBEC ENSLAMÉ : CD Audio /Pierre Cadieu (no. 21 : Slam ultra-violet).
Québec : éditions Réserve phonique, 2010. 27 pièces enregistrées en public.
Anthologie des slameuses et des slameurs du Québec.