Tradition orale et littérature

La littérature de la majorité des cultures est née à partir de l’oralité. La survivance de la spécificité d’une culture et de ses coutumes était assurée par la tradition orale constituée de l’ensemble de ses contes, légendes, mythologies, chansons, proverbes,  prières ou autres paroles rituelles. La tradition orale est souvent le seul véhicule culturel dont dispose une population lorsqu’en majorité elle ne sait pas écrire, comme ce fut le cas en Nouvelle-France jusqu’au début du 20e siècle.

Lorsque la littérature d’un pays fait son apparition, c’est généralement pour mettre par écrit ses contes et légendes. Au Québec, au milieu du 19e siècle, les premiers journaux jouent ce rôle. L’écrivain Philippe Aubert de Gaspé, intègrent en 1863 dans son roman Les anciens Canadiens des légendes d’ici. Cet ouvrage constitue l’un des premiers romans de notre littérature alors embryonnaire. La tradition orale québécoise prédomine jusqu’au 20e siècle. Du coup, on a qualifié d’ORALITURE la littérature québécoise!

La littérature d’une nation devient le réceptacle de sa culture, plongeant ses racines dans l’oralité. De nos jours, on s’inquiète de l’extrême pauvreté de la communication écrite des nouvelles générations et de la perte d’intérêt pour la littérature. Pourtant, les statistiques nous apprennent que le nombre de personnes fréquentant les bibliothèques et les librairies demeure à peu près constant depuis cinquante ans, soit entre 12% et 18 % de la population.

Les livres numériques ne semblent pas vouloir remplacer le livre de poche, si pratique. Selon les observations, ils donneraient plutôt le goût de lire de vrais livres à de nouveaux lecteurs. C’est d’ailleurs le cas pour les livres jeunesse.

De plus, les multiples médias électroniques d’Internet et les textos à la portée de tous ont déclenché une vague de ‘littérarité’ sans précédent. Dans toute l’histoire de l’humanité, on n’aura jamais autant écrit… aussi bien mal que bien 😉

L’hypertexte, contenu dans les pages web de l’immense réseau mondial d’ordinateurs, est un texte en constante expansion qui déborde sur un réseau d’autres textes grâce à des liens hypertextes englobant aussi des images et des sons si chers à la communication orale. On vient d’entrer dans l’ère de la CYBERLITTÉRATURE qui encore une fois ouvre de nouveaux horizons à la création littéraire tout en faisant ressurgir d’autant plus l’oralité.

© Pierre Cadieu

Photo: Francine Barbarey